Tensions chez les scribes du Parlement francophone

A la mi-février, on apprenait que les scribes du Parlement de la Communauté française étaient licenciés. Qu'en est-il aujourd'hui ?
Après des années de services, 34 scribes du parlement de la Communauté française ont été licenciés sans aucune indemnité. Ces scribes, ce sont ces personnes qui retranscrivent sur papier tout ce qui se dit en commission ou en séance plénière. Les comptes rendus seront désormais assurés par le personnel du Sénat. La CSC Services publics dénonce le sort réservé au personnel du Parlement francophone. En effet, ces personnes sont considérées comme "travailleurs occasionnels", sans contrat de travail et donc sans aucune indemnité de licenciement. Pour Xavier Lorent, secrétaire permanent, c'est inacceptable. "Les travailleurs me disent qu'ils recevaient une fiche de paie. Dans ce cas, cela veut dire qu'il y avait un contrat de travail, même s'il est tacite." Face au silence des politiques, Xavier Lorent se dit choqué : "La majorité, à la Communauté française, est composée de deux partis qui se disent progressistes (PS et CDH), qui passent leur temps à critiquer la politique antisociale d'un gouvernement fédéral de droite. Et que font-ils dans leur propre jardin ? Allez ! Il y a des drames humains, dans cette affaire, hein : des gens qui perdent leur boulot, qui vont avoir du mal à payer leur loyer, les remboursements, ..."
Source: Le Soir, "Jetés sans préavis : les scribes sont en colère", Pierre Bouillon, 25 février 2015