Le ministre Loones torpille la négociation sur le Codex

Pendant des mois, les négociateurs du cabinet de la Fonction publique ont excellé en stratagèmes de court-circuitage de toute discussion sur le contenu du Codex et sur ses points délicats en déclarant « qu'ils avaient noté les demandes syndicales » ou « qu'ils n'avaient pas de mandat pour négocier cela » ou « que ces éléments devaient être négociés avec le ministre à la fin du parcours ».
Ensuite, en septembre, ils ont demandé aux syndicats de lister tous les points névralgiques qu'ils souhaitaient aborder avec le ministre. La CSC Services Publics a introduit un document volumineux de 10 pages.
Le ministre Vandeput ayant préféré ceindre l'écharpe mayorale, cédant sa place à Loones, le cabinet a demandé une nouvelle fois de dresser la liste des points névralgiques et des points de rupture en vue d'une discussion avec le nouveau ministre. Ce que nous avons fait avec une note adaptée.
Aujourd'hui, au Comité B du 5 décembre, le cabinet est venu déclarer que le ministre Loones est bien disposé à faire quelques concessions mineures dans le domaine de l'arrêté congé (nombre de jours de congé inchangé, le 2 novembre qui reste un jour férié, moins de suppressions dans le petit chômage, maintien du jour pour la communion solennelle et l'octroi de deux jours de pont par an). Notez qu'il ne s'agit pas de réalisations nouvelles, mais ni plus ni moins de la confirmation de la situation existante. 
Par ailleurs, Loones refuse toute négociation sur tous les autres livres du Codex et il entend maintenir dans leur intégralité, les textes inachevés rédigés par les membres de son cabinet. Des textes qui n'ont donc à aucun moment fait l'objet de négociations substantielles!
Huit mois de dialogue de sourds avec des membres d'un cabinet procrastinateurs … devraient suffire pour justifier un aménagement radical du statut des fonctionnaires? Un aménagement visant à réaliser pour une longue période, de nouvelles règles de recrutement, des mesures disciplinaires, un régime d'évaluation facilitant le licenciement, des droits et des devoirs des fonctionnaires, … ? 
C'est ça la force du changement ou est-ce tout simplement le ministre Loones qui pratique la politique de l'autruche?