La prévention du burn-out selon M. Vandeput

CP
Nous apprenons par la presse que le ministre de la fonction publique, Steven Vandeput, est soucieux du bien-être des fonctionnaires fédéraux. Il avance un plan pour prévenir le burn-out, dont les mesures phares consistent à élargir le télétravail, supprimer le pointage des heures de travail, mais aussi travailler temporairement dans le secteur privé.
Tout d’abord, nous tenons à rappeler au ministre deux éléments à ne pas perdre de vue :
  1. Il existe déjà une réglementation précise concernant les mesures à prendre pour prévenir le burn-out. Nous ne pouvons que lui conseiller de donner les moyens suffisants à son administration pour les appliquer. En effet, nous constatons régulièrement que ceci est largement négligé par faute de moyens humains et matériels.
  2. Il existe déjà des mesures qui permettent de télétravailler, ne plus pointer ou encore adapter ses horaires de travail (et de temps de travail via différentes formes de congés de circonstances) pour faciliter la conciliation travail/vie privée… le tout sur base volontaire, caractère indispensable pour la réussite des effets bénéfiques escomptés. Introduire une obligation à la suppression du pointage va-t-il renforcer le sentiment de bien-être du personnel ? Nous ne le pensons pas !
Nous doutons fortement que le fait d’ouvrir la possibilité aux fonctionnaires de travailler dans le secteur privé puisse leur permettre d’échapper au burn-out ou toute autre forme de stress et fatigue.
La CSC Services publics déplore également un manque de vision sur le sujet. Nous demandons une analyse complète des causes à l’origine du burn-out qui permettrait au ministre, à l’examen des résultats de celles-ci, de prendre des mesures adéquates et pertinentes.
Nous ne manquerons pas de faire part de notre demande au cabinet de la fonction publique lors de notre prochaine rencontre.