Inspection sociale: la CSC demande des garanties

CP
La décision est tombée : les services de l’Inspection sociale du SPF Sécurité sociale seront répartis entre 5 organismes : l’ONSS, l’INASTI, le SPF Emploi, l’INAMI et l’ONEM.
Après plusieurs mois de tergiversations et une succession de communications inquiétantes, nous savons enfin ce qu’il va advenir du personnel et des missions du service.
La décision finalement adoptée par le gouvernement est un scénario intermédiaire entre le démantèlement pur et simple de l’Inspection sociale, premièrement envisagé, et l’intégration de l’Inspection sociale dans son ensemble au sein de l’ONSS, envisagée dans un second temps.
Est-ce le scénario idéal, alors que personne à l’Inspection sociale n’était demandeur d’un tel démantèlement ?
Selon Carina Jiala, secrétaire permanente, « il est impératif que tous les membres du personnel concernés au sein du SPF Sécurité sociale continuent à bénéficier des avantages et conditions de travail inhérents à leur fonction, qui pourront leur permettre de continuer à assumer pleinement celle-ci. C’est ce à quoi nous nous attèlerons lorsque le dossier arrivera sur la table des négociations. Ce que nous attendons avec impatience. »
Il est également important que les missions aujourd’hui assumées par l’Inspection sociale soient maintenues à l’avenir, quel que soit le service dans lequel elles seront exercées. Pourquoi ? « Car les agents ont été amenés à se spécialiser en fonction des types de phénomènes combattus », explique Madame Jiala. Et d’ajouter : « l’accent a été mis sur la lutte contre le travail illégal et l’exploitation économique, le dumping social et la fraude transfrontalière, la fraude sociale organisée et l’ingénierie sociale. Cette expertise doit être maintenue. »
Est-ce que la nouvelle organisation répondra à nos préoccupations ? « Nous ne saurions en juger pour le moment. Des engagements en ce sens sont pris par le secrétaire d’Etat à la lutte contre la fraude sociale. Notamment via le renforcement des effectifs mis à disposition du SIRS et via une nouvelle structure créée spécialement au sein de l’ONSS pour son service de contrôle. »
Outre la disparition du SPF Sécurité sociale de la DG Inspection sociale au 1er juillet 2017, la DG Indépendants devrait également quitter le SPF en 2019.  Que restera-t-il donc du SPF Sécurité sociale ? Aura-t-il encore une raison d’être ? Quelles répercutions aura la réforme de l’inspection sur les services horizontaux et les autres directions générales ? 
Si le personnel des directions générales d’inspection se montre démotivé par les récentes décisions, c’est en réalité l’ensemble du personnel du SPF qui est inquiet pour son avenir. 
La CSC Services publics rejoint l’inquiétude des membres du personnel. Elle veillera, dans les jours et semaines à venir, à obtenir le maximum d’informations et de garanties quant au maintien de l’emploi dans des conditions convenables.