La défense sous pression

Militaires2
Cela n’aura échappé à personne ces dernières semaines : les travailleurs de la Défense sont sous pression. Depuis l’arrivée du nouveau Ministre de la Défense Steven Vandeput, les déclarations en tout genre foisonnent dans la presse : fermeture de caserne, réduction du personnel et du budget, etc. La fin d’année 2014 approchant à grand pas, il nous semble donc important de faire le point sur la situation. 
Plusieurs points sont à passer en revue : notre premier contact avec le Ministre, notre position par rapport aux dernières sorties dans la presse mais aussi notre réaction.

Rencontre avec le ministre

A l’instar des autres organisations, la CSC Services publics a eu l’occasion de répondre à l’invitation du Ministre de la défense nationale. Lors de cette rencontre, nous avons abordé  différentes problématiques : les transformations incessantes, les modifications de statuts, les désignations d’office ainsi que l’impact des économies récurrentes sur les conditions de travail.
Nous avons mis en évidence les difficultés de plus en plus insupportables pour le personnel, qu’elles soient sociales, financières, familiales  ou autres. Nous avons donc demandé à notre Ministre de temporiser, afin de fournir à chaque militaire le temps nécessaire pour s’adapter et de lui donner la possibilité de se préparer pour faire face au futur. Nous lui transmettrons prochainement un courrier officiel qui insistera sur nos demandes. 

Déclarations dans la presse

Comme évoqué précédemment, les déclarations fracassantes ont été légion dans la presse ces dernières semaines. En ce qui nous concerne, nous déplorons ces déclarations médiatiques hâtives. En effet, cela ne fait que mettre une pression supplémentaire sur le personnel. Aucune de ces déclarations n’a apporté quelque chose de concret.
Qui ne sait pas aujourd’hui que les économies ont pris le dessus sur le reste ? Les actions menées dans le pays ont eu en tout cas le mérite de le rappeler.
Nous nous attendons à ce que le futur soit rude. Mais, contrairement à d’autres, nous n’agissons pas précipitamment. Gardons notre énergie pour agir lorsque les plans du Ministre seront véritablement connus. Ne la gaspillons pas pour commenter des chiffres qui n’existent pas encore.
Nous avons donc demandé à l’autorité militaire de réagir officiellement vis-à-vis de son personnel, car celui-ci doit rester son seul intérêt.
Nous ne pouvons pas accepter que notre avenir se dessine et nous soit transmis via la presse. Nous demandons le respect qui nous est dû en tant que militaire !