Violences envers la police: que fait la LDH ?

CP
Hier encore, six collègues ont été gratuitement blessés, à des degrés divers, lors d’une intervention sur le commune de Jemeppe-Sur-Sambre.
Les occupants n’ont pas « accepté » de faire l’objet d’une expulsion.
Encore une fois, des policiers frappés gratuitement dans l’exercice de leur fonction. Inacceptable ! Nous espérons que la Justice saura donner un signal fort !
Lors d’un débat mené sur la chaîne locale bruxelloise BX1 en soirée, nous avons rappelé à Monsieur Alexis Deswaef, Président de la Ligue des Droits de l’Homme, que le fondement de celle-ci était, nous citons : "le combat contre les injustices et les atteintes aux droits fondamentaux" (source : site LDH). 
Les Droits de l’Homme, avec un grand « H », doivent donc s’appliquer aux policiers également. Ils méritent aussi que leurs droits fondamentaux soient garantis : le droit d’être respecté, de ne pas être frappé, insulté.
A notre question de savoir pourquoi, dès lors,  la LDH se focalisait et s’insurgeait unilatéralement sur les violences « policières », laissant pour compte les violences à l’encontre des policiers, son président a répondu avec ferveur : "La LDH a toujours dénoncé les violences à l'égard des policiers !
Et bien, très cher Alexis, nous attendons avec impatience votre réaction face à ces faits bien précis. 
La CSC Services publics restera donc très attentive à ces engagements pris hier soir par le Président de la LDH.