"On paie cash la politique menée!"

Alphone Vanderhaeghe
Alphonse Vanderhaeghe, Vice-président de la CSC Services publics, dénonce les chiffres liés à l'absentéisme dans la fonction publique fédérale.
Dans un article de Nord Eclair, Alphonse Vanderhaeghe dénonce "ces chiffres et surtout leur évolution qui ne m'étonnent pas du tout, on paie tout simplement cash la politique de ces dernières années!
"L'explication n'est pas à chercher bien loin. On n'a fait que diminuer les effectifs de la fonction publique fédérale. Résultat: une charge de boulot qui ne cesse de s'accroître, et des gens qui craquent de plus en plus! Les Finances en ont été l'exemple type, avec plusieurs milliers d'agents en moins. Bilan: leur charge de travail est reportée sur d'autres. Tout libéral soit-il le gouvernement actuel a d'ailleurs décidé d'y réengager un peu. Mais d'autres secteurs sont dans le même cas, comme le SPF Justice."
"Comme ancien permanent syndical, j'ai été confronté souvent à des problèmes d'absentéisme faute de moyens humains suffisants. Mais les demandes d'augmentation de l'effectif ont toujours été refusées, ces dernières années. Nous sommes d'ailleurs en conflit avec les chiffres du Medex, chargé de gérer ces congés de maladie. Ils sont révélateurs d'un problème très profond qui ne cesse de s'aggraver, mais ils ne sont pas exploités! C'est inadmissible! Or, les constats à en tirer sont flagrants!"
"Mon sentiment, c'est que tout ça, c'est de la mauvaise gestion pure et simple. Et c'est vrai tant des politiques que des autorités responsables. La cata provient du fameux plan Van den Bossche, au début des années 2000. C'est lui qui a lancé la grande mode des managers, parfois même issus du privé. Mais les méthodes du secteur privé ne sont pas exportables dans l'administration! Tout simplement parce que notre but à nous, ce n'est pas de faire du bénéfice! C'est de faire en sorte que l'agent se sente bien pour qu'il puisse travailler efficacement!"
"En France, ils sont en train de comprendre tout ça. Mais pas chez nous, où on n'arrête pas de dégraisser et de pénaliser les agents! Leurs salaires sont désormais bloqués par des systèmes d'évaluation. Sans compter que le saut d'index va les frapper de plein fouet. Bref, dans la fonction publique, on est pénalisé deux fois!"
"Malheureusement, le gouvernement actuel ne montre aucune ouverture par rapport à ces évidences! Ils ne savent même pas ce que c'est, une concertation sociale! Je ne suis donc guère optimiste à court ou à moyen terme! La fonction publique fédérale est en train de se débarrasser de ce qui lui coûte cher vers les Régions, qui n'ont pas les moyens de l'assumer. Comment voulez-vous que ça change!"
Source: Nord Eclair, "On paie cash la politique menée!" , Ch. C., 20/0/2015