Fin des nominations statutaires ?

En mettant fin aux nominations statutaires, le ministre fédéral de la Fonction publique, Monsieur VANDEPUT, fait preuve d’indifférence, d'absence de crédibilité et d'une attitude injustifiable.
Monsieur le Premier Ministre, supprimez son poste ! 
Lors du conclave budgétaire, le gouvernement semble avoir décidé d'en finir avec les nominations statutaires dans la fonction publique fédérale. Les nominations seraient réservées aux seuls fonctionnaires dans des "fonctions d'autorité".
Cette option est en contradiction totale avec l'accord de gouvernement. En effet, celui-ci prévoit la rationalisation, c’est-à-dire la réduction des possibilités d'emploi contractuel.
A l'approche du conclave budgétaire, la CSC Services publics avait appris, de la bouche du chef de cabinet du ministre Vandeput (NV-A), que le personnel du secteur public ne devait pas craindre des retombées négatives lors de l'établissement du budget. Aujourd'hui, les choses semblent avoir pris une toute autre tournure. La mesure annoncée vient s'ajouter aux économies radicales imposées à la fonction publique fédérale dès l'installation du gouvernement (réduction des crédits du personnel de 10% et des frais de fonctionnement de 20%).
La CSC Services publics ne comprend pas que le ministre de la Fonction publique ne soit pas capable de contrer des mesures négatives à l'encontre du personnel, contraires à l'accord de gouvernement. Le ministre a-t-il omis de défendre son personnel ? Est-ce qu'il s'en désintéresse ? Est-ce qu'il est indifférent ? 
Notre colère se porte aussi sur le cabinet du ministre qui nous a fourni une fausse information. Ne peut-on donc pas lui faire confiance ? 
Ou s'agit-il du nième combat de symboles dans lequel excellent les ministres de la NV-A ? Qu'entend-on réellement par « fonctions d'autorité » ? Sont-elles exercées par les fonctionnaires des Finances ? Par ceux des Affaires étrangères ? Ou peut-être du SPF de l'Intérieur ? A moins que ce ne soit par les services d'inspection et de contrôle ? … Une telle approche ne se justifie pas !

Dès le début du mois de septembre, la CSC Services publics entreprendra les actions qui s'imposent pour contrer cette décision du gouvernement.

Il est clair que le ministre de la Fonction publique n'est pas capable de mener une gestion du personnel crédible. La rengaine du personnel qui doit retrouver sa fierté semble être jetée aux oubliettes. Monsieur le Premier Ministre Michel, n'hésitez pas à supprimer le poste de ministre de la Fonction publique et prenez vous-même les rênes. C'est la meilleure économie à faire pour notre pays !