"Les droits seront préservés"

CP
Aujourd'hui, le front commun syndical a mené une première action au cabinet du ministre des Pensions pour protester contre les mesures en matière de pensions du secteur public.
Lors du contact avec le ministre, les points essentiels suivants ont été soulevés:
  • Le ministre des Pensions nous garantit que la pension à laquelle peut prétendre le personnel du secteur public ne sera pas réduite. Cela est important notamment pour le point relatif à la bonification de diplôme.
  • Les fractions de pension avantageuses ne seront pas simplement stoppées. Le ministre confirme qu'il ne s'agit pas d'une mesure budgétaire (c'est la raison pour laquelle cette mesure est notée "pour mémoire" pour le gouvernement). Le système serait toutefois actualisé et rendu plus équitable. Cette problématique est liée au dossier des métiers lourds qui est traité au sein du comité national des pensions. Les syndicats souhaitent que ce dossier soit clarifié avant les vacances d'été.
  • Les accords sociaux concernant les régimes de départ anticipé seront respectés et honorés dans leur forme actuelle.
  • La pension dite pour inaptitude physique ne sera pas simplement supprimée. Le ministre souhaite examiner le dossier afin d'éliminer des situations poignantes. Il conviendra par conséquent d'élaborer une alternative acceptable.
  • Un régime de pension complémentaire sera élaboré pour le personnel contractuel du secteur public. Le gouvernement a prévu un budget d'au moins 3% pour le personnel de la fonction publique fédérale qui permettra de concrétiser un régime solide et qui prévoira une marge pour un "backservice" pour les prestations du passé.
De façon générale, le ministre des Pensions garantit que les droits acquis seront préservés. Il a en plus déclaré explicitement qu'il y a une marge pour une concertation sociale sur le contenu. Il a ajouté qu'il souhaite pleinement jouer la carte de la concertation sociale dans ces dossiers.
Les activités au sein du comité national des pensions quant au dossier des métiers lourds seront poursuivies demain.
Pour l'instant, les syndicats vont informer leurs affiliés de tous les éléments sur la base des premières initiatives et ils continueront à mettre la pression sur le gouvernement. Ils veilleront aussi à ce que le ministre des pensions tienne parole. Ils évalueront la situation sans relâche et si nécessaire des actions seront organisées pour maintenir la pression.