La Grèce : une opportunité pour toute l'Europe

Faut-il craindre le gouvernement grec  installé après le dernier scrutin législatif et qui a vu un parti « d’extrême gauche » prendre les rênes du pouvoir… ?
« Extrême gauche » est l’attribut tout relatif que les milieux  politiques, économiques et financiers utilisent volontiers pour qualifier celles et ceux qui ne pensent pas comme eux « profits et capitaux… ».
Pour la Confédération européenne des syndicats (CES) et sa Secrétaire générale Bernadette Ségol, la situation en Grèce représente une opportunité non seulement pour la Grèce mais aussi pour l’Europe toute entière car elle offre l’occasion de réévaluer les politiques économiques et sociales et d’adopter une nouvelle voie.
La CES, qui s’exprime au nom  de 88 organisations syndicales dans 37 pays européens et 10 fédérations sectorielles européennes, réaffirme que l’austérité et les réformes structurelles n’ont pas résolu les problèmes auxquels la Grèce et d’autres pays sont confrontés. Au contraire, elles ont entrainé de nouveaux problèmes qui se sont ajoutés aux autres. Les citoyens ont dû en payer le prix fort alors que la perception de l’impôt ne s’est pas améliorée et que la corruption persiste.
Seuls des investissements – réclamés par les syndicats européens – peuvent stimuler la croissance et générer les emplois dont la Grèce et l’Europe ont cruellement besoin.
Il importe aussi de laisser au nouveau gouvernement grec le temps de mettre en place de nouvelles politiques. Tout comme il est essentiel et vital pour la démocratie en Europe que soit respectée la volonté clairement exprimée par le peuple grec de mettre fin à l’austérité.
Jean-Paul DEVOS